Fil de navigation

Anomalies muqueuses et fibromuqueuses

Ce sont :

Les hyperplasies vraies

Elles siègent dans les zones de réflexion muqueuse ou sur les versants des crêtes. Leur étiologie est souvent d'origine traumatique, provoquée par le port d'une prothèse mal équilibrée ou inadaptée (entraînant des surcharges occlusales et une sollicitation anarchique de la fibromuqueuse) (fig. 4 et 5).

Les crêtes flottantes

Elles sont souvent dues à la persistance d'un bloc incisivo-canin mandi bulaire, opposé à une prothèse complète amovible maxillaire, entraînant dans le secteur antérieur une surcharge occlusale. La muqueuse est désinsérée du périoste sousjacent et elle permet la mobilisation de la prothèse lors des mouvements de mastication (fig. 6).

Les trigones rétromolaires et les tubérosités flottants

Elles trouvent leur origine dans un recouvrement prothétique insuffisant.

Fibromuqueuse hyperplasique et dés insérée de l'os sous-jacent ne pouvant pas assurer son rôle de soutien de la base prothétique

fig. 3 - Fibromuqueuse hyperplasique et dés insérée de l'os sous-jacent ne pouvant pas assurer son rôle de soutien de la base prothétique.

Les diapneusies

Ce sont des hernies muqueuses qui se sont développées près de prothèses mal ajustées (fig. 7).

Les brides et les freins importants

Les brides sont généralement présentes dans le vestibule. Plus ou moins dépressibles, elles gardent une tonicité qui repousse les prothèses ; elles sont fréquemment le siège de blessures. Elles peuvent être d'origine cicatricielle consécutive à une intervention chirurgicale et ren­dent alors très difficile la réalisation prothétique (fig. 8 et 9).

Les altérations muqueuses liées aux systèmes de rétention ou de décharge

La muqueuse s'est invaginée dans les décharges présentes dans l'intra­dos prothétique maxillaire (fig. 10 et 11).

Quelles sont les conduites à tenir face à ces anomalies ?

• Modification des prothèses d'usage

Il s'agit de supprimer ou de corriger, dans un premier temps, les distorsions occlusales, en particulier les contacts occlusaux antérieurs, mais aussi une dimension verticale erronée ou une mauvaise orientation du plan d'occlusion [3] (fig. 12).

On peut aussi rectifier la situation des bords prothétiques en regard des blessures, augmenter la surface des bases prothétiques qui sera étendue à la totalité de la surface d'appui exploitable (fig. 13 à 16).

Hyperplasie d'origine traumatique.

fig. 4 et 5 - Hyperplasie d'origine traumatique.

fig . 8 - Frein important pouvant déstabiliser la prothèse. fig. 9 - Brides vestibulaires.

fig . 8 - Frein important pouvant déstabiliser la prothèse. fig. 9 - Brides vestibulaires.

Invagination de la muqueuse dans le relief d'un protège raphé.

fig. 10 et 11 - Invagination de la muqueuse dans le relief d'un protège-raphé.

</article