Laboratoire ODIC

Prothèses Complète

Cas clinique n° 3

Madame S., 68 ans, vient consulter pour une amélioration de l'esthétique de sa prothèse complète mandibulaire très ancienne et très remaniée. Elle demande également s'il est possible d'augmenter la stabilité de la prothèse. C'est une femme coquette et élégante.

L'interrogatoire révèle une asymétriefaciale congénitale traitée par chirurgie à l'âge de 50 ans. De nombreux déboires, suite à cette intervention, ont entraîné une perte de substance importante du côté gauche. Le préjudice esthétique est important (fig. 17).Une greffe osseuse a été réalisée auniveau de la branche horizontale gauche de la mandibule, avec une greffe conjonctive au niveau du plancher buccal dans cette zone.

Manque de substance très important

fig. 17 - Manque de substance très important.

L'examen clinique montre une surface d'appui très discordante (fig. 18),avec une hypotonie musculaire gauche.Au maxillaire, il y a présence d'une denture naturelle. La radiographie panoramique montre l'étendue des difficultés à gérer (fig. 19). De plus, cette patiente présente une classe II d'Angle sévère (fig. 20).

Compte tenu de tous ces éléments,le plan de traitement propose la réalisation d'une prothèse complète mandibulaire doublée d'une base souple(fig. 21). La réalisation prothétique s'est faite de manière conventionnelle. Toutefois, une fois la prothèse terminée, il a été procédé à un enregistrement des extrados de la prothèseau moyen d'une résine plastique àprise retardée, ici de l'Hydrocast. Une deuxième cuisson a permis de parfaire tous les appuis musculaires(fig. 22 et 23). Sans régler le problème de la perte de substance vue deface, l'esthétique est satisfaisante et son réglage a été suivi pas à pas par la patiente.

Le traitement de ces cas cliniques montre que les bases souples ont un rôle important à jouer face à certaines situations cliniques particulières et qu'elles doivent être prises en compte comme un traitement à part entière et non comme quelque chose de marginal II est vrai qu'aux problèmes anatomiques et fonctionnels présents, s'ajoutent souvent une anxiété ou une détresse psychologique. La relation à établir entre le patient et le praticien prend, dans ces cas, une valeur de toute première importance.

Si les bases souples peuvent apporter une solution (parfois la seule) àces situations cliniques particulières, il est primordial de savoir qu'il existe un certain nombre de contraintes liées à la nature même de ces matériaux et dont on ne peut s'affranchir. Le praticien, mais également le patient, devront en être avertis et conscients pour en tirer le meilleur parti.

Surface d'appui mandibulaire très affaiblie

fig. 18 - Surface d'appui mandibulaire
très affaiblie.

 Absence de condyle.Greffe osseuse de la branche horizontale gauche.

fig. 19 - Absence de condyle.Greffe osseuse
de la branche horizontale gauche.

Classe II sévère

fig. 20 - Classe II sévère.

La prothèse d'usage en bouche (Vertex)

fig. 21 - La prothèse d'usage en bouche (Vertex).