Fil de navigation

L 'articulateur « condylator »

Trois caractéristiques exclusives sont propres à l'articulation du CONDYLATOR

condylator
  • son concept anatomo-mécanique
  • le «Bennett» à trois dimensions
  • la reproduction mécanique:

—► du mouvement de simple charnière
—► du champ de tous les mouvements fonctionnels
—► des mouvements protrusifs, diagonaux, latéraux de Bennett et «side-shift», dirigés par les ATM et les muscles
—► du mouvement de rétrusion en rapport avec Sa partie postérieure de Sa fosse glénoïde.. Mouvement ayant lieu

  • lors de la rétroflèxion de la tête
  • en triturant les aliments
  • éventuellement en déglutition

Les articulations du COMDYLATOR sont conformes à la théorie condylaire de GERBER.

théorie condylaire
Dans les dentures harmonieusement articulées, les cuspides palatines des dents supérieures se meuvent dans les fosses occlusales de leurs antagonistes comme le feraient des micro condyles dans des microfosses glénoïdes. Le principe du «mortier-pilon» présente une analogie de forme avec cet articulé.
Ces deux modes d'occlusion ménagent les tissus des articulations, du parodonte ainsi que les tissus de support des prothèses.


Forme et fonction sont très semblables dans les principes condylaire, mortier-pilon et cuspide fosse.

Le pantographe.

Le pantographe sert, afin de préserver les éléments osseux et musculaires, à rechercher pendant le cycle de mastication les harmonies occluso-articulaires. La pantographie va contribuer à favoriser l'équilibre dynamique de la prothèse en bouche. L 'enregistrement pantographique a pour objet de rechercher et de reproduire les déplacements condyliens sagittaux, afin d'établir après meulage sélectif le glissement aisé et sans interférence des surfaces occlusales des prothèses.

Pantographe

L 'enregistrement intra-oral par pointeau central.

Définition de la relation centrée.

« La relation centrée est une position condylo-temporal non iatrogène et définit comme étant située au zénith de la cavité glénoïde ».

Le principe de l'appui à trois points.

Une table à trois pieds construite selon la figue étant soumise à une charge, se comporte selon le principe dynamique de l'appui par trois points, à savoir : elle ne bascule pas, même sur une surface inégale, et repose toujours sur ses trois pieds.

Si nous considérons la table expérimentale à trois pieds et si, par analogie avec la mandibule, nous plaçons les deux jambes zébrées excentriquement dans les cupules polies et glissons une surface lisse sous le troisième pied, et finalement chargeons la table avec un poids, les jambes zébrées vont glisser au centre des cupules ce qui entraîne aussi la troisième jambe posée sur la surface libre.

Les deux jambes zébrées représentent les deux branches montantes de la mandibule avec leurs condyles et les deux cupules représentent les deux cavités glénoïdes, de forme comparable à ces dernières. La troisième jambe symbolise le pivot d'appui central, et le poids concrétise la légère pression des muscles élévateurs pendant le tracé de l'arc gothique, de même que pendant le blocage des maquettes de dimensions verticales avec du plâtre à empreinte.

table

setpointeau

La dent « condyloform ». Dent condyloform

Le principe fondamental de l 'occlusion des diatoriques condyloform est basé sur le « mortier pilon », une micro- condyle qui engraine dans une micro- cavité glénoïde.

dent condyloformdent dodyloform

Les micro- condyles correspondent aux cúspides palatines des deuxièmes prémolaires et mésio-palatines des premières 1et deuxièmes molaires supérieures, ainsi qu 'aux cúspides vestibulaires des premières prémolaires inférieures.

Les micro- cavités glénoïdes correspondent aux fosses des deuxièmes prémolaires supérieures, des premières et des 'deuxièmes molaires supérieures, ainsi qu 'aux fosses des premières prémolaires supérieures.

La largeur vestíbulo- linguale de la première prémolaire supérieure est plus grande que sur les autres dents 'artificielles concurrentes. Son bombée plus marqué assure un contact effectif avec la joue au niveau du « modiolus » en vermettant d'obtenir la position d'équilibre musculaire. Ce contact, crée l'herméticité et empêche la salive de l 'écouler au niveau de la commissure labiale (perlèche).

Les cúspides vestibulaires abrasées des prémolaires et des molaires permettent aux différentes forces occlusales de converger vers la crête inférieure, augmentant ainsi la stabilité fonctionnelle des prothèses mandibulaire.

Le centre des pressions masticatoire, axés sur les cúspides palatines et au centre des fosses, a été notablement lingualépar rapport au milieu des dents, dans le but d'assurer une plus grande stabilité des prothèses pendant la mastication et libérer ainsi un espace fonctionnel plus important pour la langue

Articulation