Fil de navigation

Edentements de classe I de Kennedy-Applegate

Édentement maxillaire de classe I. détermination de l'aire de sustentation.
fig:1

Ces cas d'édentements postérieurs bilatéraux sont relativement fréquents et particulièrement difficiles à gérer, notamment à la mandibule, où on enregistre les taux d'échecs les plus élevés.

Mastication d'aliments durs

L'aire de sustentation qui détermine la zone de prise en charge des contraintes fonctionnelles par le cadre métallique du châssis est délimitée par :

  • une ligne mésiale passant en avant de la plus antérieure des dents prothétiques
  • une ligne distale passant en arrière de la plus postérieure des dents prothétiques
  • latéralement, les lignes faîtières de crête (fig. 1).

Toute contrainte exercée en dehors de cette surface entraîne un mouvement de déstabilisation de la prothèse.

Pour les classes I, les contraintes qui peuvent s'exercer en dehors de l'aire de sustentation sont dues à un montage trop vestibulaire des dents prothétiques par rapport à l'axe des crêtes.

L'axe de rotation lors de la mastication d'aliments durs passe par les appuis occlusaux sur les dents bordant l'édentement.
fig:2

Ce type de montage entraînant un mouvement de désinsertion de la prothèse du côté opposé est à éviter autant que possible. Dans ce type d'édentement, l'axe de rotation principal de la prothèse passe invariablement par les appuis dentaires les plus distaux ou, autrement dit, par les appuis dentaires sur les dents bordant l'édentement (fig. 2).

Lors de la mastication d'aliments durs, le bras de charge maximal est déterminé par la distance LC séparant :

  • en mésial, l'axe de rotation principal
  • en distal, les dents prothétiques les plus postérieures (fig. 3)

Ainsi, pour une intégration de ce type de prothèse, la force développée par la mastication d'aliments durs doit être parfaitement équilibrée par la force renvoyée par la fibromuqueuse comprimée, d'où la nécessité :

  • d'utiliser des techniques d'enregistrement du support fibro-ostéomuqueux adaptées
  • de privilégier une extension maximale des selles prothétiques
  • de minimiser, quand l'occlusion le permet, le nombre de dents prothétiques
  • de vérifier régulièrement la coaptation des selles et, surtout, de les rebaser s'il y a lieu.
Détermination du bras de charge maximal LC.