Fil de navigation

III- LES EMPREINTES ET PREPARATION DES BASES DANS LE CAS DE PROTHESES COMPLETES ADJOINTES

A) Les Empreintes

Au laboratoire nous recevons des empreintes primaires réalisées par le chirurgien dentiste sur des porte-empreintes de série rectifiés. Le matériau utilisé est le plâtre, afin d'obtenir une empreinte la moins compressive possible.Les premières empreintes décrites ci-desssus et que le prothésiste reçoit au laboratoire, sont réalisées sur des porte-empreintes qui sont adaptés au cas traité. Un plâtre spécialement conçu pour la prise d'empreintes est utilisé car il évite de créer des tensions superficielles sur les gencives et les muscles des joues ainsi que des lèvres.Le porte-empreinte individuel est conçu en résine ou base plate avec des bourrelets en stents servant à la préhension.En fait, les empreintes sont effectuées d'une manière traditionnelle au cabinet dentaire mais avec plus de rigueur en raison de la difficulté du cas à traiter.La réalisation d'un porte-empreinte secondaire adapté, permet au praticien de réaliser une empreinte qui différencie les zones musculaires à éviter (freins) et d'exploiter le maximum de surface d'appui de la muqueuse.Le coffrage consiste à entourer l'empreinte afin de limiter l'extension du plâtre hors de celle-ci. Le plâtre dit «compensateur» permet, lors de la cuisson de la prothèse, de palier en partie aux contraintes (chaleur, pression) imposées à la résine qui entraînent des variations volumétriques.La partie suivante nous indiquera la phase prothétique permettant de transférer les repères de dimension dans le sens vertical de l'étage inférieur buccal (mandibule) qui, par la suite, sera exploité en laboratoire.

photo:1

Photo1
Cette empreinte est coffrée puis coulée en plâtre compensateur
pour le respect dimentionnel de la prothèse lors de la cuisson.
Photo2
photo2

photo:3

Photo3
(enregistrement de la dimension verticale et de l'occlusion)

Les bases d'occlusion sont réalisées conventionnellement en résine ou en true base et stents afin de permettre au praticien de régler la dimension verticale et d'enregistrer l'occlusion (R.I.M.) au cabinet dentaire, tout ceci d'une manière traditionnelle. Sur la photo n° 2, vous pouvez voir une base réalisée au laboratoire et qui a permis au chirurgien-dentiste d'enregistrer la dimension verticale du patient ainsi que la position de la mandibule dans le sens horizontal que nous conservons au moyen d'un appareil nommé «articulateur» sur lequel nous allons continuer le travail.