Fil de navigation

Les plans de référence.

Le plan de référence est un plan choisi sur le massif cranio facial pour déterminer la situation idéale du plan d'orientation prothétique en l'absence de tout document pré extractionnel.

Pour CAMPER, le plan d'occlusion est parallèle au plan passant par lépine nasale antérieure et par le centre du conduit auditif externe. Pour certaines écoles (gnathologiste) le plan de référence adopté est le plan de Francfort passant par le bord supérieur du CAE et par le rebord orbitaire inférieur dans sa partie la plus basse.

Plans de référence

Pour ANDERSEN, il est tangent à l 'aile du nez et passe par le milieu de chaque tragus. Ce plan est très voisin de celui défini par Camper.

Pour GYSI et pour ACKERMANN, il est légèrement modifié dans ses repères postérieurs qui deviennent la base du tragus ou du CAE.

Pour SWENSON, le repère postérieur est le bord supérieur du tragus.

Ces trois variantes correspondent à trois classes d'édentations différentes.

L'orientation du plan d'occlusion dans le plan frontal peut être définie en regard de la convexité du buccinateur et de la ligne de plus grand contour de la langue.

Classe I : l 'orientation du plan prothétique sera dans le prolongement du 1/4 supérieur trigone.

classe I

Classe I : en regard du rebord marginal de la langue.

Classe II : l 'orientation du plan prothétique sera dans le prolongement du 1/3 inférieur du trigone.

classe II

Classe II : au-dessous du niveau de la langue. Niveau du plan d'occlusion prothétique dans les cas de rétrognathie man-dibulaire.

Classe III : l 'orientation du plan prothétique sera dans le prolongement du bord supérieur du trigone.

Classe III

Classe III : au-dessus du niveau de la langue. Niveau du plan d'occlusion dans les cas de Prognathie mandibulare.

Pour Wadsworth le plan de référence passe par le condyle et par le milieu de la ligne joignant l 'angle externe de l 'œil et l'angle de la base du nez

Le plan d'occlusion.

En présence d'une édentation totale bi-maxillaire, les dimensions et les relations inter- maxillaires n 'existent plus. Le but est de retrouver et obtenir un plan diocclusion « normal », c 'est à dire un plan selon lequel les deux arcades artificielles doivent se rencontrer afin que simultanément soient assurés :

  1. Le respect de l 'intégrité des surfaces d'appui.
  2. Le rétablissement de l 'esthétique.
  3. La restauration de la phonation et de toutes les autres fonctions.

En 1780, Pétrus CAMPER détermina par statistiques qu 'il existait un parallélisme rapproché entre le plan d'occlusion tangent au bord libre des incisives supérieures jusqu 'au sommet de la cuspide disto-linguale de chaque deuxième molaire supérieure et le plan passant par le centre des conduits auditifs et l 'épine nasale antérieure.

1. Orientation du plan d 'occlusion.

L 'orientation du plan d'occlusion doit obéir aux règles suivantes :

• Respecter les facteurs généraux tels le sexe, l'âge, le type constitutionnel.

• Assurer une émission correcte de tous les phonèmes.

• Assurer la permanence de la stabilité des prothèses amovibles sur la surface d'appui aussi bien en occlusion centrée qu 'au cours de toutes les occlusions excentrées.

• Etre située au lieu géométrique des pressions optimales pour les muscles masticateurs, c 'est à dire à angle droit avec la résultante des forces développées au cours de la mastication.

• Etre situé à un niveau physiologique entre la langue et les joues afin que le transfert du bol alimentaire se fasse alternativement et sans difficulté dans la cavité buccale.

2. Mise en application.

Cette séquence sera conduite en trois temps.

• Une préparation des maquettes au laboratoire selon des normes conventionnelles.

• Une orientation en bouche selon des critères anatomo-physiologiques, esthétiques, phonétiques et mécaniques.

• Une mise au point finale sur articulateur après enregistrement et transfert de la relation inter-maxillaire.